Made in 90’s

Je viens d’une époque révolue.

 

Celle où frisson rime avec Chair de Poule, où un milliardaire excentrique a « dépensé sans compter », où il ne faut pas se perdre dans la forêt de Blair, où l’hymne « Smoke weed everyday » retentit dans les postes de radio, où Nicolas Cage tourne pour Brian de Palma, où Boris enflamme le dancefloor avec sa Soirée Disco, où le téléphone fixe est un incontournable, où internet passe par le 56k, où l’Ecole du Micro d’Argent se mue en école de la vie, où les soirées se comptent en 120 étoiles, où la neige cathodique n’est pas « une défaillance de mon téléviseur », où on mange des Kix au p’ti déjeuner, où Samy Naceri passe du monde des 2 roues à celui des 4 roues, où Quinn Mallory et sa bande cherchent désespéramment le chemin du retour en slidant de vortex en vortex, où Nique Ta Mère n’est pas qu’une insulte, où les K7 jonchent nos étagères, où le paranormal ne fait pas peur à Mulder et Scully, où Trey Parker et Matt Stone brisent les frontières du politiquement correct, où deux âmes se sont perdus dans les couloirs de Colombine, où Forget et Leconte viennent à bout de Sampras et Agassi, où une lycéenne prend en chasse les vampires, où on adopte la philosophie Hakuna Matata, où des images de synthèse nous propulsent vers l’infini et l’au-delà, où des sœurs combattent les forces du mal grâce au pouvoir des trois, où une entreprise pharmaceutique complote dans les collines d’Arklay, où Bruce Willis passe Une Journée en Enfer, où Tony s’envole avec la grâce d’un aigle vers son 900, où Woodsboro vit son propre film d’horreur, où l’argent de poche se compte en francs, où la West Coast et East pleurent leurs rois, où on embarquait tous les matins dans un bus magique, où Joey passe par la fenêtre de Dawson, où la génération black-blanc-beurre soulève la coupe, où Forrest crée l’entreprise Bubba Gump, où les fêtes de Stifler sont à la mode, où 5 filles épicées se dressent au sommet des charts, où un scientifique-otaku succombe aux canines d’une sniper d’élite et où Johnny Rico affronte une armée d’arachnides.

Si la plupart de ces références te parlent, félicitations, tu es toi aussi un pur produit des années 90.

Publicités

2 réflexions au sujet de « Made in 90’s »

  1. Où 3 sorcières avait du charmes, où le clown n’était pas là pour faire rire, où la trompette se jouer dans des disquettes, où le prince Will Smith dominait les charts et nos samedi matins, où la vie commençait avec un starter feu, plante ou eau, où tu étais le Zidane des cours de récré avec un ballon à mousse, où tu attendais ton samedi soir comme le messi de ta semaine, où tu gonflais ton cartable de carte à jouer, et où on partageait sans Facebook.

    GG mon petit Krusty ❤️

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s